Bourrache (Borago officinalis)

Publié le 4 Novembre 2015

Borrago officinalis Borraginaceae

Borrago officinalis Borraginaceae

La bourrache se reconnaît à ses magnifiques fleurs d'un bleu très pur, mais qui virent au rose lorsqu'elles sont pollinisées.

Or, si les abeilles voient très bien le bleu, elles ne distinguent pas les couleurs proches du rouge.

Aussi les fleurs de la bourrache peuvent-elles ensuite fructifier sans problème.

La bourrache serait native de Syrie, ou pourtant on ne la trouve qu'en culture.

Elle est sans doute originaire des bords de la Méditerranée, en Afrique du nord, ou elle abonde.

Cultivée en Espagne par les Maures, elle s'est propagée en France par le sud pour atteindre toute l'Europe du nord jusqu'au Danemark.

On la trouve aujourd'hui fréquemment sur les bords des chemins et dans les potagers et jardins abandonnés, ou elle persiste souvent en compagnie de la sauge.

Ce sont les abeilles qui lui permettent ainsi de se propager, résultat que l'on observe également sur énormément d'espèces qui se naturalisent.

La bourrache se sert des abeilles pour polliniser ses fleurs, puis des fourmis pour transporter ses graines.

Les graines sont munies d'un appendice nommé "caroncule", riche en graisses, qui attirent les fourmis qui les transportent, propageant ainsi la plante.

Les fleurs peuvent être consommées crues, ou en salade, elles ont un goût proche des huitres.

Les feuilles au goût de concombre peuvent rejoindre votre soupe, riche en potassium et provitamine A, mais attention elles renferment un alcaloïde qui dans l'excès serai un poisson pour le foie.

Dans le langage des fleurs, la bourrache est associée au courage.

Consommer de la bourrache régulièrement donnerai de l'assurance, serai bon pour lutter contre le vieillissement, la plante stimule la vision.

Les Grecs anciens utilisaient les fleurs de la bourrache pour parfumer salades et vins.

Il nommait la bourrache "Euphrosyne", traduit en "qui rend heureux".

La plante aurait été introduite au Moyen-Age dans le sud de l'Espagne par les Arabes.

D'ailleurs son nom découle de l'Arabe "abou er-ach", "père de la sueur" qui fait allusion à ses propriétés diaphorétiques (qui fait suer).

Elle est présente dans les poèmes de l'école de Salerne (IXe-XIIIe siècle), "Ego borago, gaudia semper ago - Moi, la bourrache, je donne toujours du courage".

Rédigé par Damien MUGLIA

Publié dans #Plantes Aromatiques

Repost 0
Commenter cet article