Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Mon jardin vivant ...Mon jardin vivant ...Mon jardin vivant ...

Mon jardin vivant ...

Il faut recycler les déchets verts de son jardin pour limiter le travail inutile.

On peut ainsi réaliser un geste pour la planète, économiser du temps et de l'argent.

Pour cela dans mon jardin, j'ai utilisé une méthode pleine de bon sens qui consiste a mieux maitriser l'effort, la technique c'est de respecter simplement les cinq règles vertueuses qui sont les suivantes :

 

Le paillage avec la tonte de pelouse, les feuilles et les branches préalablement broyaient avec une tondeuse qui viendront couvrir les massifs de vivaces (le broyage de plantes aromatiques est particulièrement agréable) ou les pieds d'arbustes en haie ou isolé.

Cette méthode nourrit le sol, milieu de vie de la plante et réactive sa vie organique (nous travaillons avec du vivant, il ne faut donc pas utiliser de produits phytosanitaires qui ont souvent pour rôle de nous rendre dépendant d'enjeux financiers).

 

Je pratique aussi le mulching, quatre ou cinq tontes par an suffisent amplement, si on ne rajoute pas d'azote industrielle, qui augmente la pousse d'une herbe plus fragile sous le piétinement, la lente absorption de la coupe du gazon lui est donc restitué le plus naturellement possible limitant les transports fatiguants.

On peut également mulcher son herbe avec les feuilles, magnifique engrais naturels.

 

L'utilisation d'une haie vive ou haie naturelles, reste la solution simple et idéale d'agir pour la biodiversité, la haie anime votre jardin par les multiples variations toute les années des fleurs, des couleurs de fruits et de feuilles qui deviennent ainsi un refuge pour les insectes et les oiseaux.

C'est beaucoup plus facile et agréable de tailler les arbustes d'une haie vive, si nécessaire, et après les floraisons, plutôt que de se créer l'obligation d'entretenir une haie monospécifique (thuyas, lauriers, éléagnus ou photinia) a fort dévellopement, bien trop courante malheureusement qui devient une véritable punition a son entretien, de plus la haie monospécifique (d'une seule espèce), dégage des déchets importants difficile a recycler sur place.

 

Je conseille fortement l'utilisation de la tondeuse pour broyer des branches d'arbustes, de vivaces et d'aromatiques qui serviront de paillage ou pour le compostage.

 

Comment réussir une prairie fleurie qui permettra aucun arrosage et de favoriser la biodiversité? En passant moins de temps a tondre, tous simplement en laissant pousser votre gazon, que vous faucherez une ou deux fois par an, en prenant soin de laisser les plantes qui occupent le terrain montaient en graines.

Il faudra quelques années avant de voir apparaitre des marguerites, paquerettes, ou primevères voir même des orchidées sauvages, toutes les fleurs et plantes sauvages seront des indigènes qui apporteront des indications sur la nature de votre sol, elles auront des vertues culinaires ou médicinales.

 

Le jardinier Gilles Clément a réalisé le jardin en mouvement, une belle démonstration de ce que peut être une prairie de fleurs sauvages.

Bien entendu, ma méthode n'est pas exaustive, on peut amméliorer ou expérimenter les techniques avec du bon sens, d'ailleurs l'intelligence n'est que du bon sens.

 

Récapitulation : Je paille, je mulche (je laisse les coupes de tonte sur place), je plantes et entretien des haies vives, Je broie mes tailles pour composter ou pailler, j'utilise des prairies sauvages ou fleuries.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Tag(s) : #Information sur les Plantes

Partager cet article

Repost 0